Droit, en L, à colimaçon, comment choisir la forme de son escalier ?

L’escalier est un ouvrage permettant de relier les différents niveaux d’un bâtiment à étages. Plus qu’un élément indispensable, il est aussi un bon atout décoratif pour une maison. Les matériaux de fabrication d’escaliers sont de nos jours très variés mais l’escalier en bois demeure authentique et donne de la chaleur à un intérieur. Les lignes suivantes vous dévoileront l’essentiel sur l’escalier en bois et vous permettront de choisir celui qui vous convient.

Informations à savoir pour la fabrication d’un escalier

Tout d’abord, il faut rappeler les éléments principaux composant un escalier. Vous trouverez la marche qui est la partie où l’on pose le pied, définie par l’emmarchement qui est sa largeur et le giron qui est sa profondeur. Ensuite. il y a la contremarche qui est la pièce verticale soutenant la marche, définissant donc sa hauteur. Le limon est quant à lui situé de part et d’autre de la marche. Enfin, la rampe est composée de la balustrade et la main courante.

Un escalier s’inscrit dans un volume constitué par le reculement de départ, la hauteur sol à sol et le reculement d’arrivée. Le reculement est en résumé l’encombrement de l’escalier au sol inférieur. Au plafond, cet encombrement s’appelle chevêtre, constitué par la longueur, la largeur et l’épaisseur de l’ouverture.

Pour une aisance lors de la montée, la hauteur normale des marches d’un escalier est comprise entre 17 et 18 cm. Le giron sera alors calculé d’après le rapport suivant : le double de la hauteur, augmenté du giron doit toujours donner 64 cm.

Différentes formes d’escalier en bois

Vous pouvez personnaliser à souhait la forme de votre escalier. Néanmoins, voici quelques formes conventionnelles:

– L’escalier droit : comme son nom l’indique, il est droit. C’est la forme la plus simple et la plus répandue.

– L’escalier à un quart tournant, couramment appelé « escalier en L » : il peut être à un quart tournant bas, haut ou avec un palier au milieu, puis tourner vers la gauche ou vers la droite.

– L’escalier à deux quarts tournants : il pourrait s’appeler « escalier en U ». Il tourne aussi vers la gauche ou la droite.

– L’escalier spirale et hélicoïdal : il est monté autour d’un axe vertical et tourne aussi vers la gauche ou vers la droite.

– L’échelle de meunier : généralement très raide, il est dépourvu de contremarche mais peut être droit ou à quart tournant.

– L’escalier escamotable : il est habituellement composé de trois parties et se niche dans une trappe.

Comment choisir la forme de son escalier ?

Dans l’absolu, la forme de votre escalier en bois dépendra de l’espace dont vous disposez pour son reculement. Si vous n’avez aucun problème d’espace, vos goûts et désirs dicteront votre choix.

Supposons que votre maison a une hauteur sol à sol de 2,73m. Dans les solutions gain de place, un escalier droit placé le long d’un mur aura un reculement de départ de 2,60 m. Vous avez aussi l’escalier spiral qui peut occuper un espace de seulement 1,20 m x 1,20 m. De plus, il se place aisément dans un angle ou entre trois murs. L’échelle de meunier peut également n’avoir que 65 cm de largeur.

Par ailleurs, la décoration d’un escalier en bois est tout à fait possible. Vous pouvez par exemple mettre des moulures ou des gravures le long des limons. Jouez également sur l’ornement de la main courante ou des fuseaux de balustrades en les choisissant coniques, chanfreinés, cannelés, moulurés, etc. Enfin, faites de votre escalier un principal atout décoratif en le plaçant au centre de votre séjour. Dans ce cas, éliminez les contremarches afin de ne pas entraver le volume visuel de la salle et optimiser sa luminosité.

Mezzanines sur mesure : attention à bien les sécuriser
Choisir une cuisine sur mesure pour gagner de l’espace