Comment fonctionne un disjoncteur différentiel ?

Disjoncteur différentiel

 Un disjoncteur de différentiel est un dispositif dont le but principal est de protéger les résidents de la maison du danger de choc électrique. Il est également chargé de protéger les circuits de l’installation de tous les surcharges et courts-circuits que la maison peut rencontrer. Par conséquent, il est important de se référer au principe de fonctionnement du disjoncteur différentiel.

Quelle est la fonction du disjoncteur différentiel ?

Les disjoncteurs différentiels sont également appelés dispositifs à courant résiduel (RCD), qui sont utilisés pour mesurer le courant entre le point neutre et les phases des équipements électriques. En d’autres termes, son but est de surveiller en permanence le courant entrant et sortant de la maison. Comme son nom l’indique, s’il y a une différence entre deux conducteurs dans le circuit, le disjoncteur de fuite coupera automatiquement le courant. Plus précisément, lorsque les courants d’entrée et de sortie ne sont pas égaux, cela signifie qu’il y a une fuite de courant quelque part, ce qui indique bien sûr qu’il y a un défaut d’isolement dans l’équipement électrique. En cas de court-circuit ou de surintensité, l’équipement coupera également automatiquement le courant. Dans la maison, ce dispositif agit comme un interrupteur général. Tout ce que vous avez à faire est d’appuyer sur le bouton de l’appareil pour couper l’alimentation.

Vous pouvez disposer de davantage d’informations en visitant le site www.modern-habitat.fr

Comment fonctionne le disjoncteur différentiel ?

Le disjoncteur différentiel est différent, surtout sa taille est beaucoup plus grande, équivalente à deux petits disjoncteurs. Il est également marqué « mA » et est équipé d’un bouton de test pour s’assurer que l’ensemble du système électrique fonctionne correctement. D’autre part, il se compose de 3 éléments principaux : une bobine de détection ou une bobine de boucle, qui peut détecter tout courant résiduel ; un circuit de contrôle électronique, utilisé pour filtrer toute interférence électrique, et un relais, utilisé pour s’activer lorsque le processus de fonctionnement échoue.

Si, dans le processus des travaux normaux, le courant est parfaitement équilibré, en particulier à la sortie et à l’entrée, il y aura alors un déséquilibre entre les courants d’entrée et de sortie dans le courant défectueux. De cette manière, l’appareil peut détecter rapidement de tels problèmes, ce qui peut bien sûr lui faire couper le courant. En effet, le déclenchement instantané du disjoncteur différentiel se produit par le biais du champ magnétique situé à l’intérieur du dispositif et de la tension générée sur la bobine de la boucle de détection.

Notez bien que la différence d’intensité de courant de la réponse de l’appareil est appelée « sensibilité différentielle du disjoncteur », elle doit être de 30 mA sur le circuit du terminal domestique. Contrairement aux fusibles simples, les disjoncteurs sont réinitilisables et ne subiront aucun dommage pendant le fonctionnement.

Disjoncteur ou interrupteur différentiel ?

L’interrupteur différentiel est un appareil avec le même principe de fonctionnement que le disjoncteur différentiel, mais il y a une différence : il peut empêcher une défaillance d’isolement, mais il ne peut pas empêcher les courts-circuits. En cas de surcharge, seul le disjoncteur de fuite peut assurer une protection pour éviter les courts-circuits et la surchauffe du conducteur. Selon la norme actuelle, dans l’installation la plus récente, l’appareil fourni par EDF est un dispositif à sensibilité moyenne (500 mA). Afin de protéger les utilisateurs contre les risques d’électrocution, un disjoncteur différentiel d’une sensibilité inférieure ou égale à 30 mA doit être utilisé pour protéger tous les circuits installés. Dans une résidence de plus de 100 mètres carrés, 3 disjoncteurs différentiels de type AC doivent être installés. Un disjoncteur de fuite de type doit également être utilisé pour protéger indépendamment les circuits « cuisson » et « machine à laver ».

Pourquoi et comment tester un disjoncteur différentiel ?

Pourquoi tester ? Comme vous le savez, ce dispositif de protection est une garantie pour la sécurité du tableau, son existence est donc essentielle. Cependant, si vous n’avez jamais testé, comment vous assurez-vous que le GFCI fonctionne correctement et que vous assurez réellement votre sécurité ? Des tests sont les bienvenus de temps en temps pour s’assurer que l’alimentation peut être coupée en cas de panne électrique sur n’importe quel circuit surveillé. Certaines personnes recommandent ce test une fois par mois, mais comme vous le verrez, c’est très simple et vous n’avez pas besoin d’être électricien pour effectuer ce test.

Comment tester ? La première étape consiste à éteindre tous les équipements sensibles du logement. Appuyez ensuite sur le bouton de test situé sur l’interrupteur différentiel. S’il fonctionne correctement, c’est très simple et le levier sera abaissé immédiatement. Dans ce cas, le test est concluant et votre matériel est en parfait état de fonctionnement. Vous pouvez soulever le contrôleur. Sinon, cela indique que votre interrupteur différentiel est défectueux. Il ne peut pas être réparé, il doit donc être remplacé. Notez que le disjoncteur de fuite peut également être testé. Il y a un bouton dessus, appuyez dessus une fois, puis confirmez à nouveau si le joystick est abaissé.

 

Dépannage électrique : faire appel aux services d’un artisan électricien
Installation de climatisation gainable : faire appel aux services d’un artisan spécialisé